Qu’est-ce qu’une maison passive ?

La maison passive, souvent appelée « maison sans chauffage », repose sur un concept de construction très basse consommation, basé sur l’utilisation de l’apport de chaleur « passive » du soleil (par accumulation), sur une très forte isolation (des murs, des fenêtres, etc.), sur l’absence de ponts thermiques, sur une grande étanchéité à l’air ainsi que sur le contrôle de la ventilation. La chaleur dégagée à l’intérieur de la maison par les occupants et les différents appareils électriques et celle apportée par les grandes ouvertures laissant entrer le soleil sont suffisantes pour chauffer la maison.
Ainsi, la température à l’intérieur reste la même quelle que soit la saison : 21-22°C en moyenne.

Une maison passive consomme 90 % d’énergie de chauffage en moins qu’une construction existante. Et 50 % de moins qu’une maison nouvellement construite selon la réglementation thermique actuelle (RT 2012). Quels que soient son mode de construction et sa situation géographique, une maison passive, avec tout le confort actuel, n’a pas besoin de plus de 15 kWh par m² et par an (soit 1,5 litre par m² et par an d’équivalent pétrole) en chauffage.
La maison passive est le type d’habitation la mieux isolée à l’heure actuelle.
La maison passive est un type d’habitation qui se rapproche de la prochaine réglementation thermique de 2020. En tant que particulier, vous mettre aux normes permet :
•    d’augmenter sensiblement votre confort tout en réduisant vos factures de chauffage,
•    d’augmenter la valeur de votre bien.

Les points techniques clés d’une maison passive

Isolation :
Une bonne isolation est indispensable pour garantir un minimum de déperditions de chaleur dans la maison. Nous adaptons l’épaisseur de l’isolant en fonction de la superficie de la maison.

Etanchéité
 :
L’étanchéité à l’air permet de ne pas perdre la chaleur intérieure et de ne pas faire entrer le froid extérieur. En l’associant à une isolation par l’extérieur, vous pouvez supprimer définitivement les ponts thermiques, sources de déperditions de chaleur importantes.
Ventilation  
Plus vous isolez une maison, plus les échanges d’air entre intérieur et extérieur sont réduits. Cependant, une ventilation mal choisie ou mal posée peut occasionner des pertes de chaleur et vous obliger à chauffer plus. Elle peut aussi amener de l’extérieur de l’humidité, des pollens et des polluants.
Il faut donc installer une VMC à double-flux thermodynamique (couplage d’une VMC double flux avec une pompe à chaleur air-air) pour assurer la ventilation, le chauffage et la production d’eau chaude sanitaire. Un puits canadien complète ce dispositif.

Orientation des ouvertures 
:
Les maisons passives ont toutes un point commun : de grandes surfaces vitrées triple vitrage au sud et sud-ouest et une quasi absence d’ouvertures au nord. Les pièces à vivre sont ainsi placées en général au sud. Vous n’avez plus besoin d’allumer les lumières et le chauffage car l’ensoleillement est suffisant pour éclairer et chauffer ces pièces. La chaleur peut ensuite se diffuser dans l’habitation. Pensez aux baies à galandage pour une ouverture totale sur l’extérieur !

Chauffage par les énergies renouvelables :
En moyenne, une maison passive va dépenser 90% de chauffage en moins qu’une maison traditionnelle et environ 50% de moins qu’une maison RT 2012. Le chauffage représente donc simplement un appoint pour une maison passive.
En général, nous recommandons de poser des panneaux solaires et/ou une pompe à chaleur. Le surplus d’électricité produite par les panneaux solaires peut être revendu à EDF. 
La pompe à chaleur utilise quant à elle, les calories de l’air extérieur pour chauffer l’eau chaude passant ensuite dans le circuit de radiateurs ou dans un chauffage au sol.